LES VOIES ROMAINES

LES VOIES ROMAINES

Il apparaît que notre région n’est pas du tout le « désert archéologique » décrit autrefois. Au contraire, les sites de hauteur (la Bure, la Pierre d’Appel…), les découvertes de céramiques, de monnaies, de sculptures, les carrières et les minières antiques témoignent d’une intense activité humaine à l’époque celtique et gallo-romaine. Cette activité a généré un réseau de voies de communications encore bien visible actuellement.
Le pont antique d’Etival, a pu être daté de la fin du 1er siècle avant J.C. ; il a donc été construit juste après la conquête de la Gaule par les Romains. Compte tenu de sa largeur (entre 6 et 8 mètres), il était dès cette époque destiné à supporter un trafi c important.
La voie de Deneuvre à Saint-Dié, passait à Raon-l’Etape, et rejoignait Saint-Blaise par la côte de la Cheville (Camping Vosgina) ; ensuite son tracé correspondait grosso modo à celui de la « petite route » actuelle vers Saint-Dié. Une autre route antique reliait Deneuvre à Etival sur la rive gauche par Thiaville, en passant sous la côte de Répy.
La voie de Langres se divisait en deux à la hauteur de l’actuelle Rambervillers. Une branche passait le col du Haut-du-Bois et se dirigeait vers Saint-Dié et les cols des Hautes-Vosges ; à proximité de Nompatelize une portion de cette voie, au profi l très caractéristique, s’appelle aujourd’hui les Voids de Paru. L’autre branche se dirigeait vers le pont d’Etival, via le col de Trace où se greffait une voie d’accès au castellum antique de la Pierre d’Appel. Très probablement, une ou plusieurs rocades reliaient par les hauteurs de Saint-émy les Voids de Paru et la voie d’accès au pont, mais leur tracé est incertain.
En face d’Etival, on observe le début de la voie des Saulniers, appelée aussi voie des Sarmates, probablement à la suite d’une erreur d’un copiste du 17e siècle… Le débat reste ouvert. Cette voie des Sarmates, qui reste très visible dans le paysage, passe par Himbaumont, les hauteurs de Launois, le col des Broques (bornes anciennes), Saales, le col de Steige et rejoint la plaine d’Alsace à proximité de Sélestat. Greffé sur la voie de Deneuvre à la hauteur du cimetière de Raon-l’Etape, le chemin des Bannes permettait aux habitants de la vallée de la Meurthe de se rendre aux sanctuaires et aux marchés du Donon via le Haut du Bon Dieu et Prayé. Peut-être y avait-il également une voie d’accès au Donon par le fond de la vallée de la Plaine.
Certains textes mentionnent une via ferrati montis, la « voie de la montagne du fer » (= le Donon), du col des Broques au Donon.
Dans la liste des chemins antiques, il ne faut pas omettre de mentionner les chemins d’accès aux établissements de plaine ou de hauteur, par exemple le chemin de crête menant au site fortifié de Varin-Chatel. Il faut se garder toutefois de confondre avec des « voies romaines » les nombreux chemins pavés qui parcourent nos forêts; la plupart du temps ces chemins datent de la période des Princes, voire parfois de la guerre de 14-18.
GG/08.2005

Critère

Gratuité (année en cours) :
  • OUI
Pratique de l'activité :
  • Extérieur
940 - Site Internet - Thème :
  • Histoire et savoir-faire / Les temps anciens